Comité des droits humains (AG2)

Le Comité des droits humains se concentre sur la promotion et la protection des droits humains. Il vise à empêcher les abus commis par les organisations et les personnes. L’assurance des droits des femmes, des droits des enfants, des droits des migrants et des minorités font tous partie des objectifs du Comité des droits humains. 

1) La protection et la promotion du droit à la vie privée dans le cadre de surveillance intérieure et extraterritoriale

Surveillance

La commission des questions juridiques et des droits de l’homme est profondément préoccupée par les pratiques de surveillance massive et d’intrusions à large échelle révélées depuis juin 2013 par M. Edward Snowden. Les informations divulguées ont fourni la preuve manifeste de l’existence de systèmes de grande envergure à la pointe des progrès technologiques, mis en place par les services de renseignement américains et leurs partenaires dans certains États membres du Conseil de l’Europe, en vue de collecter, de conserver et d’analyser à une gigantesque échelle les données des communications, comprenant leur contenu, les données de géolocalisation et les autres métadonnées. Dans plusieurs pays, on assiste à l’évolution d’un gigantesque « complexe industriel de la surveillance », qui risque d’échapper au contrôle démocratique et à l’obligation de rendre des comptes, menaçant ainsi le caractère libre et ouvert de nos sociétés. Les opérations de surveillance révélées mettent en danger les droits de l’homme fondamentaux, notamment le droit au respect de la vie privée.

2) L’intensification des efforts des Etats membres afin d’éradiquer toute forme de violence envers les femmes

Femmes

La violence à l’égard des femmes est l’ensemble des actes néfastes, individuels ou collectifs, dirigés contre les femmes en raison de leur sexe. De nos jours, selon les estimations de l’ONU Femmes, au niveau mondial, une femme sur trois a été exposée à des violences physiques et /ou sexuelles à un moment donné de sa vie, et plus de deux femmes sur trois ont été ou sont victimes de violences, qu’elles soient physiques, sexuelles, ou psychologiques. En outre, ces violences n’affectent pas seulement la santé mentale et physique mais ont également des conséquences économiques, puisqu’elles entraînent une baisse de productivité des femmes touchées et les empêchent de réaliser pleinement leur potentiel. Cependant, en incitant les dirigeants politiques à s’emparer de cette question et à la traiter comme un problème de discrimination, en mobilisant les ressources nécessaires des États, en sensibilisant le public et en promouvant l’égalité entre les sexes, il est possible de mettre un terme à ces actes.