Comité de santé (AG3)

Le Comité de santé s’attache à améliorer les conditions sanitaires partout, mais en particulier dans les régions pauvres et moins développées, ainsi qu’à chercher des rémèdes aux pandémies et aux maladies qui touchent lourdement les populations. Il est étroitement lié à l’Organisation mondiale de santé (l’OMS). 

1) La politique vaccinale : la question de la vaccination imposée par l’Etat

Vaccination

La vaccination est l’un des moyens de base pour la protection de la santé publique. Elle diminue la morbidité, la mortalité  et les incapacités dues à certaines maladies.

Elle est donc une nécessité sanitaire et l’État doit fournir le service de vaccination quand son peuple le demande. Les États moins développé échouent malheureusement à accomplir ce service. Une autre problématique plus pernicieuse est qui décide de faire vacciner.  L’État ou l’individu ? Pour chaque État, il y a différentes lois et différentes applications. Ces différences légales modifient-elles pour autant les dangers de la non-vaccination face à certaines maladies 

2) Assurer des soins de santé primaires de base efficaces en vue de réaliser la couverture sanitaire universelle

CSU 

La moitié de la population mondiale n’a pas accès aux services de santé tels que les vaccins, les médicaments essentiels ou la possibilité de consulter un médecin. Surtout, les pays à faibles revenus et les pays en développement n’ont ni système de santé solide ni personnels de santé en nombre suffisant. C’est la raison pour laquelle le but principal de la couverture sanitaire universelle est de créer un système efficace pour que toutes les personnes aient accès aux services de santé sans rencontrer de difficultés financières.