Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN)

L’Organisation du traité de l’Atlantique nord (l’OTAN) est une alliance stratégique, fondée par douze pays signataires du Traité de Washington : États-Unis, Canada, Belgique, Danemark, France, Pays-Bas, Islande, Italie, Luxembourg, Norvège, Royaume-Uni et Portugal. Puis, le Conseil de l’OTAN a progressivement augmenté le nombre de signataires à 29 membres, avec récemment l’adhésion du Monténégro. Ce conseil est à caractère militaire et politique, et son objectif est de garantir la liberté et la sécurité de ses membres via ces champs d’actions. 

Les pays actuels sont : Belgique (1949), Canada (1949), Danemark (1949), États-Unis (1949), France (1949), Islande (1949), Italie(1949), Luxembourg (1949), Norvège (1949), Pays-Bas (1949), Portugal (1949), Royaume-Uni (1949), Grèce (1952), Turquie (1952), Allemagne (1955), Espagne (1982), République tchèque, Hongrie et Pologne (1999), Bulgarie, Estonie, Lettonie, Lituanie, Roumanie, Slovaquie, Slovénie (2004), Albanie et Croatie (2009) et Monténégro (2017).

1) Défense collective : l’applicabilité de l’article 5 à une situation de cyberattaque

Article 5

L’article 5 du traité de l’OTAN instaure un esprit collectif. Il lie ses membres en les obligeant à se protéger mutuellement. Néanmoins, l’organisation est confrontée à un nombre de cyberattaques qui se multiplient et des menaces qui s’affirment. L’OTAN stipule que la défense contre les cyberattaques devrait être aussi efficace que celle menée dans les airs, sur terre ou en mer. Une action collective permettrait de renforcer la cyberdéfense de l’OTAN ainsi que celle de ses états membres, plus en mesure de mener des représailles aux auteurs des cybermenaces.

2) La Dissuasion russe : comment renforcer les mesures de sécurité dans les territoires entourant l’Europe orientale et les états baltes ?

Russie

Après la fin de la guerre froide et avec la formation de la Fédération de Russie, un climat général de rapprochement s’est instauré, étant donné que l’OTAN et la Russie ont entamé une communication saine et efficace. Cependant, les offensives militaires russes en Géorgie, en Ukraine et en Syrie, ont gravement endommagé ces relations et engendré la réapparition de tensions dignes de la guerre froide. Afin d’empêcher l’influence de la Russie dans la région d’Europe orientale et dans les pays baltes, l’OTAN tente de moderniser et de renforcer sa posture de dissuasion et de défense.